Ma vie, ma musique

... René Bala, Ma vie, Ma musique ...

Tout a commencé en 1932 par une vie ordinaire, où le Foot Ball dans lequel j’excellais fut mon objectif majeur les 10 premières années.

Ma mère, plus pragmatique, me fit comprendre qu’il valait mieux apprendre un métier. Ce que j’ai fait : apprentissage chaudronnerie.

Puis le destin prit tout en main et ma vie devint alors une formidable Aventure. Après un passage de 6 mois à Saigon où les escales décidèrent à ma place d’effectuer ce premier voyage, …ce fut le déclic !

 

Puis ce furent 5 ans de Sahara 300 jours par an, en qualité de chauffeur au début puis rapidement de technicien en géophysique qui m’emmena à effectuer un stage à…… Amsterdam ( en anglais s’il vous plait ) dont je ressortis avec la fonction de staff international de la Shell (incroyable) l’une des plus grandes compagnies de recherche au monde, et avec le salaire… correspondant.

Puis ce fut le Gabon pendant trois ans où en plus de mon travail de pétrolier : J’ai travaillé un mois de mes vacances à Lambaréné à l’hôpital du Docteur Schweizer (à réparer des lessiveuses, des machines à coudre et les toitures du village des lépreux). Et où parmi mes nombreux amis, mon meilleur copain fut pendant deux ans et demie un merveilleux petit singe, Jules (qui ne me quittait jamais que je n’oublierai jamais.).

Un peu las de cette vie sauvage mais passionnante, j’ai démissionné, suis reparti à zéro. Je me suis marié, ai eu deux enfants créé une petite entreprise, d’abord à Marseille qui rencontra un grand succès.

Puis à Seynes, petit village près d’Alès, où dans la mécanisation des cultures légumières qui n’intéressait personne, nous sommes devenus, par la force des choses, les premiers en France, notre spécialité devint: Butteuses d’asperges et fraises, Diverses autres machines agricoles.

La création de la première machine européenne à récolter les tomates de conserves qui fut récompensée par :

- Médaille d’argent au salon de la machine agricole de Paris.

- Lauréat national à l’innovation.

- Lauréat national à l’exportation nous avons exporté la totalité de notre matériel en URSS, chanté à Moscou la coupo santo en compagnie du milliardaire rouge Jean-Baptiste Doumeng.

- Grand prix de la métallurgie française (exceptionnel pour une entreprise de 10 personnes)

- Sélectionnée parmi les 40 entreprises françaises les plus dynamiques.

- Décoration par le Président de la République à l’Elysée de l’ordre National du Mérite.

Puis j’ai mis mes pieds dans les traces de Daniel Balavoine en participant au dernier Paris Dakar Pari du cœur.